Zones tampons

Les Zones Tampons

L’importance des zones tampons : Les zones tampons sont des endroits vitaux pour tous les cours d’eau et offre des services éco systémiques essentielles. On va commencer par définir c’est quoi une zone tampon. Une zone tampon est la zone de végétation qui compose les premiers 30 m de la berge, cette zone est habituellement composée de plantes indigènes telles que des arbres, arbustes et plante herbacée.

Schématisation d’une zone tampon

Cette section de la rivière est importante, puisque les racines de ces plantes maintiennent le sol ensemble, ce qui permet de diminuer considérablement les problèmes d’érosions et permet de filtrer tout produit chimique ou autre élément organique en surplus qui pourrait s’écouler dans nos cours d’eau. Il est donc essentiel de préserver cette partie de la rivière. Le 30 m précédemment mentionné est la définition légale d’une zone tampon, mais dépendamment de la pente et de la nature du terrain, il serait possible que ce soit plus. Elle offre aussi un habitat indispensable pour la faune, dont plusieurs espèces d’oiseaux, mammifère aquatique et amphibiens en dépendent.

Rétablir et maintenir la zone tampon : l’érosion est un processus naturel, on ne peut pas totalement l’éliminer. Cela dit, on peut travailler avec la nature pour en diminuer les effets au maximum. La première chose à faire est de préserver toute végétation à l’intérieur du 30 m, les arbres et les plantes déjà présentes sont probablement indigène de la région et sont bien adaptés aux climats locaux.

Il a des considérations à prendre pour tout aménagement dans cette zone. Par exemple : si vous voulez un sentier pour accéder à la berge, éviter de le faire en ligne droite puisqu’il pourrait avoir du ruissellement par écoulement, le sentier devrait alors serpenter jusqu’à la berge. Si vous souhaitez avoir une meilleure vue sur le plan d’eau, prioriser l’élagage plutôt que de couper les arbres.

Aussi, éviter toute structure massive sur le long des berges tel que mur de béton ou quai en ciment qui pourrait accentuer le problème d’érosion. Dans ce cas –ci, il serait préférable d’utiliser un quai flottant.

Enrochement côtier, qui est généralement à éviter

Exemple de quai flotant

Pour toute modification des berges, il faut s’informer auprès du ministère de l’Environnement pour s’assurer qu’il ne nécessite pas un permis au préalable.